A la Cave Saint-Verny, les vins d’Auvergne expriment leur potentiel ! #AOC Côtes d’Auvergne

Nous entrons dans la période des vendanges. Aussi, pour fêter la rentrée, je souhaite mettre en avant un vignoble qui me tient particulièrement à cœur : le vignoble auvergnat, en particulier celui du Puy-de-Dôme. Avant de lire les lignes qui suivent, je vous invite à balayer tout préjugé concernant les vins d’Auvergne. L’œnologue de la Cave Saint-Verny, Olivier Mignard, dit, à juste titre, que c’est « le nouveau monde », qui s’appuie sur un terroir unique, fait de terres volcaniques et de vins uniques qui révèlent des personnalités bien différentes selon les parcelles, les vignerons, les cépages (on ne parle plus seulement de gamay ici, même si celui-ci rentre en priorité dans l’identité des Côtes d’Auvergne)… On ouvre son champ de vision et on affûte sa curiosité, les vins d’Auvergne ont plus d’une surprise à vous révéler !
photo 2
Invitée avec les autres blogueuses auvergnates, j’ai pu visiter la Cave Saint-Verny, qui réunit plusieurs viticulteurs, et découvrir les différentes cuvées produites. Suivez le guide !
 
Pour vous donner une idée, j’ai d’abord sélectionné quelques cuvées que j’ai beaucoup apprécié, à l’issue de laquelle je vous raconte l’histoire du vignoble du Puy-de-Dôme et de la cave…
Mes cuvées coups de coeur

Les rosés

Corent AOC : minéral et sec. Très agréable à l’apéritif. Disponible ici.
Enjoy AOC Côte d’Auvergne : plus rond, mix de gamay et de pinot. Plus fruité, avec un nez de frangipane très attrayant (pour moi), de fraises, cerises, une légère pointe acidulée. En bouche, véritable salade de fruits rouges (fraises, cerises, groseilles) et blancs (melon, pêche de vigne) dans une légère infusion de fleurs blanches et citron. Disponible ici.

Les blancs

Saint-Roch IGP Puy-de-Dôme : terroir de Chadeleuf, village au sud de Clermont. Très original, élégant. Belle minéralité. Disponible ici.
Privilège AOC Côtes d’Auvergne : J’ai adoré le nez, qui me faisait penser à de douces odeurs de brioche, de pain d’épice beurré, de fruits secs et d’épices douces. Disponible ici.
Concept AOC Côtes d’Auvergne : Terroir de Chalus, village au sud d’Issoire, à côté de Boudes. Un nez gourmand, frais de pamplemousse rose, ananas frais, pointe citronnée, légèrement toasté puis grillé. En bouche, à l’attaque désaltérante, pêche blanche, ananas, fin de bouche bien riche, extrêmement longue, assez minérale. Considéré comme un des meilleurs vins de la cave. Disponible ici.
Nouveauté et gros coup de cœur : le 809, élaboré avec un clone muscaté du chardonnay. Un nez fruité, sucré, il est gouleyant en bouche. A déguster sur un saumon. Vin disponible à la cave.

Les rouges

 
Impromptu AOC Côtes d’Auvergne : Je l’aime beaucoup et il fait toujours partie de ma cave personnelle. Il est fait à partir de parcelles tardives, 100% gamay. C’est un vin de coule, qui exprime des tanins très fins. Un nez tout en finesse sur les fruits rouges. Arômes un peu grillés, un vin « juicy ». A boire sur les charcuteries locales, l’occasion de déguster par exemple un excellent saucisson ou jambon sec d’Auvergne de chez Laborie ! (ici pour découvrir les merveilleuses charcuteries de la Maison Laborie)
 
photo 8
Latitude 45,3 IGP Puy-de-Dôme : Terroir de Pont-du-Château et 100% syrah. Elevé en fût de chêne, très parfumé. Un peu sauvage, avec des notes de sous bois, fruits rouges très mûrs, réglisse. En bouche : garrigue, cassis et myrtilles macérés, fin de bouche tout en douceur, cacao et praline. Disponible ici.
Basalte AOC Côtes d’Auvergne : Un terroir basaltique. « Le meilleur gamay du monde » selon le directeur de la Cave : )  Fait à partir de vieilles vignes qui ont entre 60 et 100 ans. Elevé 14 mois en fût de chêne. Un nez sucré très mûr, fruits noirs, crème de cassis, mûre. Arômes étonnants de chocolat noir et boisé bien fondu. Bouche riche et élégante rehaussée d’une pointe de café noir et de chocolat intense. Une merveille ! Disponible ici.
photo 11
Concept IGP Puy-de-Dôme : Un nez puissant de griotte à l’alcool, fleur séchée, chocolat, boisé élégant. 100% pinot noir, c’est une valeur sûre. Elevé en barrique neuve. Disponible ici.
photo 10

Un peu d’histoire…

Les Côtes d’Auvergne ont eu plusieurs vies. Au début Moyen-âge, les moines des abbayes bourguignonnes ont amené la bonne parole en Auvergne mais ont aussi apporté la vigne, avec un cépage particulier : le pinot noir, qui a ensuite continué sa route jusque dans la vallée de la Loire, terre où on le surnomme d’ailleurs l’Auvernat (celui qui vient d’Auvergne). Le vignoble s’est construit au fil des années, à flanc de montagnes, jusqu’à ses heures de gloire dans la cour du roi Louis XIV à Versailles. Le saint-nectaire, l’eau de Chateldon et le vin d’Auvergne tenaient alors une place de choix sur les tables royales. La grande époque du vignoble au XIXe siècle a vu le meilleur comme le pire. En 1820, le vignoble du Puy-de-Dôme représentait 25 000 hectares, à titre de comparaison, le vignoble du Beaujolais compte aujourd’hui 18 000 hectares. En 1895, la vigne s’étend sur 46 000 hectares (contre 700 aujourd’hui !), c’est dire l’omniprésence de la viticulture dans la région… Le Puy-de-Dôme était alors le 3e département viticole derrière l’Hérault et l’Aude. A la fin du XIXe siècle, le phylloxera (petit insecte nuisible, très nuisible…) a détruit la vigne française, sauf dans le Centre du pays. L’Auvergne était alors devenue la réserve de vins de tout le pays. C’est à ce moment-là que le pinot est abandonné petit à petit au profit du gamay, qui se cultive plus facilement et produit beaucoup plus. La quantité avant tout… Mais le phylloxera a fini par toucher le vignoble et l’Auvergne a alors embrassé le même dessein que les autres régions viticoles. Et pendant ce temps, les autres régions ont repris le marché en main…
saint verny
Les guerres et l’industrialisation via l’installation de Michelin en particulier ont précipité un peu plus la chute du vignoble auvergnat. Du début des années 1900 jusqu’à 1970, le vin auvergnat était celui que l’on servait dans les bistrots à la sortie de l’usine. La consommation du vin a ensuite évolué, les gens ont voulu boire moins mais mieux. Et le vignoble auvergnat n’a pas suivi… 
La Cave des Coteaux (ex Cave Saint-Verny) a été créé en 1950 et regroupait plusieurs viticulteurs. En 1990, en plein déclin, le groupe agricole international, et auvergnat, Limagrain a donné un sérieux coup de pouce pour sauver la Cave d’une mort certaine. Pour sauvegarder cette culture du vin ancestrale, pour parier sur l’avenir… La Cave Saint-Verny est née, sous l’impulsion de Limagrain. Avec d’abord la volonté de replanter du pinot, du chardonnay, de moderniser les méthodes de culture, mais surtout de faire du bon vin. Un œnologue a été embauché pour reconstruire une identité à ce vin presque oublié.
Pendant 15 ans, il a fallu patienter, laissant le temps à la vigne de pousser et de donner un raisin de qualité. Mais la notoriété, parfois vraiment médiocre, du vin d’Auvergne est totalement à refaire. Un travail de titan en terme d’image. « Ca a été compliqué », affirme le directeur Jean-Paul Berthoumieu. A partir du moment où on a du bon raisin, on peut faire du bon vin » concède-t-il. 
Un terroir unique, volcanique, mais pas seulement, avec une géologie très complexe. Un climat particulier, continental, froid l’hiver, chaud l’été, avec 700mm de pluviométrie, semblable à Montpellier, sur le 45e parallèle, que l’on l’appelle le parallèle du vin et passe dans le Piémont, en Côte Rôtie, en Oregon où « pousse le meilleur pinot des Etats-Unis ».
photo 1
 
Aujourd’hui, la Cave Saint-Verny, c’est 1 million de bouteilles produites par an, avec 55% de rouges, 20% de blancs et 25% de rosé. 86 viticulteurs travaillent avec la Cave. 20% de la production est consacrée à l’exportation, en particulier vers la Belgique, l’Allemagne et la Grande-Bretagne, mais aussi les Etats-Unis, le Canada et le Japon. Les Côtes d’Auvergne montent en puissance et remontent dans l’estime des Auvergnats et des amoureux du vin. Pour se faire une idée, quoi de mieux que de déguster ?! En commandant en ligne sur leur boutique, ou en vous rendant sur place, à Veyre-Monton (sortie 6 de l’A75). Regardez aussi du côté de vos grandes et moyennes surfaces et votre caviste, vous trouverez peut-être un vin de Saint-Verny ! 
 
Rendez-vous sur Hellocoton !

3 Commentaires

  1. […] savoir-faire, un art que j’admire totalement. Je vous ai déjà d’ailleurs parlé des Côtes d’Auvergne avec la découverte de la Cave Saint-Verny ici. Dans une autre vie, j’aurais aimé être vigneronne, voir grandir mes vins, les peaufiner, […]

  2. […] de cette renaissance il y a seulement deux ans. Durant un voyage de presse pour découvrir la Cave Saint-Verny, coopérative locomotive de l’appellation Côtes d’Auvergne, j’ai pu goûter des […]

  3. […] La Tour de Pierre, Les Lauriers de 16 ares de Pierre Dehors. Une pure merveille, qui est un… Côtes d’Auvergne ! Et oui […]

Un petit mot ? C'est par ici !