Arrêter de procrastiner, c’est donner une chance à ses rêves

Adieu Procrastination.

C’est bien le problème… On se dit qu’on a le temps. Alors on traîne, on remet au lendemain, on se dit que cela ne presse pas tant que ça finalement. Et puis pouf, t’oublies. Parce qu’entre temps, il aura fallu se replonger dans les choses du quotidien. Faire à manger, boire un dernier thé, se refaire les ongles, passer les coups de fil, urgents eux, et puis s’embourber dans la routine du quotidien.

procrastiner

« Si vous pensez que l’aventure est dangereuse, essayez la routine, elle est mortelle ».

Cette citation de Paulo Coelho, je la trouve assez juste. Je m’explique.

Qu’est ce qui nous empêche de réaliser nos rêves ? L’envie ? Normalement, le rêve se nourrit d’une envie féroce… Rêver de voyager en Californie, rêver de monter sa boîte, rêver d’avoir un chien ou un chat, rêver de vivre un amour inconditionnel, rêver de s’installer dans une maison douillette à notre goût… Le rêve correspond forcément à une envie. 

Alors peut-être le temps ? Oui et non. Oui parce que cela peut s’étaler dans la durée. On ne fonde pas son entreprise du jour au lendemain, on épouse pas l’homme de sa vie en deux jours comme on ne construit pas une vie rêvée en un claquement de doigt. Les rêves réclament une certaine patience. Mais en fait non. Parce qu’il suffit en fait de DECIDER de se lancer. Mettre la machine à rêve en route. Un truc qui s’appelle la VOLONTE.

Je suis mal entourée ? C’est possible. Dans notre entourage, il peut y avoir ce que l’on appelle des Vampires d’énergie, des personnes qui par leur pessimisme, par leur manque de vie et d’envie peuvent vous plomber. Lester d’un poids vos ailes que vous essayez de faire pousser. Un conseil : sortez-vous de là si vous le pouvez. Et puis il y a une autre catégorie : les jaloux. J’en connais un rayon là-dessus, et j’ai mis des années à réaliser à quel point ces gens étaient négatifs d’une part, mais s’ils sont jaloux, c’est peut-être bien que t’es sur la bonne voie… Alors une seule action suffit : IGNORER et continuer à avancer, à nourrir ses rêves et à mener sa vie comme on l’entend.

Je n’ai pas les moyens ? La fin justifie les moyens. Quand on veut on peut. Deux phrases que l’ont entend très (trop) souvent. Sans parler d’argent, le meilleur moyen de réaliser ses rêves, c’est d’y croire. Que ce soit pour économiser toute année pour réaliser ce voyage qui nous fait rêver depuis gamine, ou pour mettre en place un business plan pour créer son propre job, tout part d’une chose : y croire.

J’ai peur… Et ça peut se comprendre. L’inconnu, le risque, la nouveauté, cela peut être tout à fait effrayant. La peur paralyse. Si on souhaite avancer, aucune autre solution n’existe : il faut braver ses peurs, savoir les dompter, les dominer. A nous de trouver la force de sortir de notre zone de confort. Et croire en soi (vaste question).

Le véritable ennemi de nos rêves, c’est la procrastination.

J’ai un rêve. Il est là, à portée de main, au bout de mes doigts qui foulent ce clavier tous les jours. J’y pense tous les jours, je l’imagine, je le dessine dans ma tête, je l’idéalise la nuit, j’y pense en travaillant, en mangeant, en conduisant… Il ne date pas d’hier et sommeille en moi depuis des années. J’ai même appris à cohabiter avec lui. Parfois on se fâche et je ne le touche plus, parfois on se réconcilie et j’ai des étoiles dans les yeux. Et pourtant, après des années de gestation plus ou moins fructueuse, il ne s’est toujours pas réalisé… Aujourd’hui, j’ai décidé de ne plus le laisser sommeiller à côté de moi. Aujourd’hui, j’ai décidé de le réveiller, de le relancer. Parce que j’y crois, parce que j’en ai les moyens, parce qu’il faut que je me donne le temps, parce que je suis pas seule, parce que j’en ai envie. Plus que tout. Je fuis la routine qui tue à petit feu mes rêves. La procrastination attendra demain.

Et vous, quel est ce rêve que vous n’osez pas réaliser ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 Commentaire

  1. […] vous ai déjà prlé de la procrastination contre-productive dans cet article… On ne remet pas les choses à plus tard… NON ! C’est la principale faute […]

Un petit mot ? C'est par ici !