// Rentrée // New Life

Et donner vie à mes rêves…

Depuis toujours j’ai l’habitude de poser les choses à plat devant moi à chaque rentrée. Faire le bilan. Redonner vie à mes objectifs, me fixer de nouveaux challenges, et reprendre en main certains projets en attente ou avortés trop tôt. C’est un peu faire le ménage dans sa tête, remettre de l’ordre, balayer les mauvais souvenirs et les mauvaises ondes pour ne se fixer que sur le positif.

Cette nouvelle rentrée rime d’autant plus avec renouveau puisque j’emménage dans un nouveau chez-moi. Je laisse derrière moi la vie à la campagne qui pouvait parfois être charmante mais commencer terriblement à me peser. Etant freelance, travailler seule peut parfois être lourd, on se sent… attention roulement de tambours… Seule. Retrouver une vie citadine me réjouit d’autant plus que j’ai des tas de nouveaux projets en tête, de nouvelles opportunités (encore) qui arrivent… Je suis à la fois impatiente et terrifiée par de tels challenges à relever ! Les gens me font confiance et je ferai de mon mieux pour relever haut la main tous les défis que l’on me lancera 🙂

Mais place à mes nouveaux objectifs…

1 / Reprendre le fil de ma vie sociale (la vraie)

Depuis maintenant plus de six ans, j’ai un peu « subi » les mutations professionnelles… Du coup, j’ai eu beaucoup de mal à rester connectée à une vie sociale normale. La campagne, c’est bien. Mais tu restes isolée, et soyons honnête, ça amuse deux secondes les copines de se farcir une heure de route et des frais de péage pour venir te voir. Alors revenir à ma vie de citadine me rend totalement ouf ! J’ai vécu trois ans à Toulouse, trois ans à Paris, un an à Clermont-Ferrand avant d’atterrir en Creuse, dans l’Yonne et au fin fond du Puy-de-Dôme… Du coup, j’ai vraiment hâte de retrouver mes bonnes habitudes de fille de la ville, comme retrouver les copines pour le café, craquer pour un apéro à la dernière minute, juste marcher dans la ville, flâner… Et apprécier d’autant plus le retour aux sources dans le Cantal en pleine pampa !

img_6129

2 / Retourner dans ma salle de sport après des mois d’absence

Au départ, il y a la motivation. Une heure de route pour aller faire du sport en salle ? Tant pis je me lance. Et puis tu tiens deux, trois mois… Et tu lâches. T’y retournes deux fois et puis plus rien. Je pense que cela faisait facilement neuf ou dix mois que je n’avais pas mis les pieds dans ma salle… Alors revenir à Clermont, c’est l’occasion rêver pour se reprendre en main et enfin honorer correctement mes 29 euros par mois 🙂 A l’heure où j’écris ces lignes, cela fait déjà 3 semaines que je m’y rends, et je ressens déjà les effets positifs ! Que du bonheur.

img_6134

3 / Organiser mes journées encore mieux qu’avant (et laisser Netflix un peu de côté…)

La productivité sera le maître-mot de ma rentrée ! Promis 😉 (Mince, la saison 2 de Narcos a démarré… OUPS)

4 / Ne plus m’autoflageller

J’ai un petit (gros) manque de confiance en moi. Il paraît que cela ne se voit pas mais c’est un truc maladif chez moi. Une de ces choses qui peut vraiment me paralyser. Et j’ai remarqué que cela commence quand j’entame une petite session d’autoflagellation. C’est à dire d’une ritournelle peu glorieuse du genre : « tu ne vas pas y arriver », « tu n’y arriveras jamais », « t’es nulle »… Bref… Le tout est de faire taire cette petite voix vraiment violente et opter pour un discours positif ! Du coup, dès que je commence à m’infliger ce genre de phrases, je stoppe tout de suite mes pensées et pars faire totalement autre chose. Et ça marche. Dans ce cadre, j’ai entamé la lecture de l’incontournable Miracle Morning. Je vous en dirais un peu plus prochainement 😉

5 / Mettre de l’argent de côté et mettre sur pied mes prochaines vacances

L’un des problèmes du freelance reste l’irrégularité des rentrées d’argent. Des mois peuvent vous pousser à vous dire que vous pouvez changer d’appareil photo « easy », d’autres vous amènent à vous dire qu’il va falloir manger des pâtes 5 jours sur 7 ou vendre un rein… C’est aussi la difficulté d’être freelance, parfois, notre travail peut mettre des mois à porter ses fruits. L’été est toujours synonyme de parenthèse plus ou moins active. Mais la fin septembre rime toujours avec compte en banque en berne. Du coup, pour cette nouvelle année « scolaire » qui commence, je souhaite mieux organiser mes finances et SURTOUT mettre quelques petits deniers de côté pour partir à Londres, au soleil sur une plage de sable fin à chiller toute la journée, à New York, à Edimbourg, en Grèce… Peu importe, partir, changer d’air et ramener des tonnes de souvenirs pour moi et ma petite famille.

6 / Préparer de nouvelles surprises et réaliser certains rêves

Je fais partie des gens que l’on qualifie aisément de « créatif ». Avec une maman artiste, un père architecte et pas mal de musiciens dans la famille, en même temps, ça paraît difficile de passer à côté de cette fibre. Du coup, je pense, je crée, je rêve (beaucoup). Et je ne peux imaginer ma vie sans nouveau projet, nouveau challenge… J’ai besoin de ça pour avancer ! J’ai pas mal de jolies petites choses qui se mettent doucement en place dans ma tête et dans la vraie vie. Et j’espère que l’année 2016-2017 sera la BONNE 🙂

7 / Continuer à rêver

Petite, on me qualifiait tout le temps de rêveuse, « dans la lune »… J’en ai énormément souffert car beaucoup de personnes pensaient que je n’étais pas attentive, ou pire, que je ne comprenais pas ce qu’on me disait (genre j’étais la petite simplette de service…)

Pour faire simple, j’ai un écran de cinéma dans la tête qui défile en quasi continu, avec des scénario plus ou moins loufoques. Je scénarise tout le temps tout ce qui pourrait m’arriver, ce qui m’est arrivé… Du coup, parfois, je suis ailleurs, là et pas là à la fois. Je rêve tout le temps. J’ai des millions de rêves. Je suis bien incapable d’en sélectionner un ! J’ai envie de tout voir, tout faire… C’est terrible ! Mais c’est en même temps un vrai carburant pour moi. J’ai déjà traversé des périodes difficiles où cette faculté à m’échapper et à imaginer des tonnes de choses ne fonctionnait plus. Je ne rêvais plus et je me contentais de la réalité. Il n’y a rien de pire que d’arrêter de rêver. Mais ce n’est pas moi. Alors oui, dernière résolution pour cette année 2016-2017, continuer à rêver encore et toujours !

Processed with Snapseed.
Processed with Snapseed.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Un petit mot ? C'est par ici !