ET SOUDAIN, IL NEIGE… (billet d’humeur)

Et soudain il neige… Vous connaissez certainement cette sensation. Positive ou négative selon le bagage de vie de chacun. Les flocons se mettent à danser dans ce ciel blanc laiteux, venant apporter un peu de poésie et de légèreté à une atmosphère lourde et froide. Assise à ma table de cuisine je contemple. Le temps s’arrête. Quelle heure est-il ? J’étais en train de faire quoi déjà ? Peu importe. Il neige.

J’ai grandi dans le Cantal. Alors la neige, ça fait un peu partie des meubles. Des meubles sans lesquels on ne se sent pas vraiment chez soi. Je ne connais rien de plus réconfortant et agréable que cette notion d’être entourée de ce manteau blanc. La neige apaise. La neige assourdit les bruits. La neige adoucit les paysages et les croutes urbaines. Elle rend beau ce qui ne l’est peut-être pas. Elle embellit ce qui l’est déjà.

La neige apaise, la neige embellit, la neige adoucit…

Imaginez-vous, dans une de ces maisons auvergnates où les murs de pierre volcanique mesurent plus d’un mètre d’épaisseur. Où la cheminée est si grande que l’on peut disposer deux chaises de chaque côté du feu. Un feu qui crépite, avec peut-être quelques petites pommes de terre enroulées dans du papier aluminium qui se laissent roussir gentiment dans les braises. Une tasse de chocolat chaud fait à l’ancienne, avec du vrai chocolat et du vrai lait fraîchement sortie du pis de la vache dans la ferme d’à-côté. Ou un verre de vin, un saint-joseph, ou un condrieu blanc, à la main, les pieds recroquevillés dans une paire de chaussettes aussi épaisse qu’un pull en laine tricoté par grand-mère. Les odeurs de la cuisine enveloppe votre nez. Une effluve de bouillon de légumes. Revigorant.

neige

neige2

Cette atmosphère, c’est celle que j’aime retrouver quand je reviens chez moi. Dans le Cantal. Assise autour du cantou (le nom donné à cette grande cheminée en Auvergne), je savoure toujours ces moments privilégiés. Et quand la neige s’invite dehors, c’est un tableau parfait. Une madeleine de Proust si intense, si vive, si vivante. Que je suis si heureuse de pouvoir transmettre à mon fils. Car rappelons-le quand même, la neige quand on est enfant, il n’y a rien de plus magique…

Je me souviens de ce jour où j’ai dû rester enfermée chez moi. Dans le Cantal. Ce jour où il était tombé 50 cm dans la nuit. Un truc de dingue. Un truc que je n’ai jamais revécu. Impossible de sortir de chez soi ! C’était à la fois stressant et euphorisant. J’étais complètement enivrée par ce spectacle aussi troublant que merveilleux. C’est ce jour-là où, sans le savoir, que j’allais faire ma première journée de télétravail. Un avant goût de ma vie de freelance que je chérie chaque jour aujourd’hui.

Assise sur ma chaise dans ma cuisine, face à mon ordinateur en train d’écrire, je mesure la chance que j’ai de pouvoir voir ça. Prendre la liberté d’écrire sur ce moment à la fois commun et exceptionnel. La neige tombe. Et elle me rappelle ô combien je l’aime. Cette simple neige.

Et vous, quel est votre meilleur souvenir sous la neige ? 

Dites-le moi en commentaire ; )

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un petit mot ? C'est par ici !