Début janvier : L’heure du BILAN a sonné

Le bilan est net : plus la vie passe, plus les années filent à une allure qui défie l’imagination de l’enfant, de l’adolescente que j’étais. 2016 aura été aussi surprenante que difficile, et même agréable parfois. J’ai réussi à obtenir de nouvelles piges dans le domaine professionnel, en écrivant pour un magazine national que je n’osais même pas aborder, et pour un autre magazine de prestige dans le domaine de la gastronomie. Je suis devenue propriétaire d’un superbe appartement. J’ai voyagé à Londres

2016, c’est aussi l’année de mes 33 ans, où j’ai eu l’impression de faire le deuil de plein de choses… De ma vie d’étudiante, de fêtarde, de couche-tard, de petite fille… Un dur rappel à l’ordre que j’ai eu beaucoup de mal à gérer. Je ne sais pas expliquer ce qu’il s’est vraiment passé. Mais j’ai dû mettre en sourdine une partie de moi qui hurlait face à la vie d’adulte. Trop sèche, trop solitaire.

J’ai dû apprendre à apprivoiser toutes les facettes qui forment ma personnalité, et les faire cohabiter ensemble. Celle de la petite fille encore amoureuse des Disney qui croit dur comme fer en ses rêves… Qui croit encore un peu au Père-Noël, à Harry Potter et à la magie de l’univers. Et celle de la jeune adulte, responsable d’une famille, qui évolue en freelance, parfois un peu paumée, désabusée face aux obstacles de la vie professionnelle et personnelle. La vie quoi.

Réconcilier la petite fille et la jeune femme active

Quand on s’imagine grande, mariée, maman, on a l’impression que les problèmes seront derrière nous… Mais arrivée à ce stade-là de la vie, les choses peuvent vite devenir étouffante. La vie sociale est… amoindrie, la vie professionnelle oscille, surtout quand on est freelance, et la vie amoureuse peut parfois en prendre un sacré coup dans l’aile que Cupidon nous a gentiment vissé au début de notre relation… En gros, on vole moins haut mais plus longtemps…

“A ce moment-là précis de ma vie, la confrontation des deux facettes de ma personnalité a été apocalyptique !” 

Et un enfant que l’on aime plus que tout remet pas mal de choses en question. Le nombre d’heures de sommeil dont on a besoin, les principes d’éducation qu’on a crié haut et fort à qui voulait bien l’entendre (mes enfants ne mangeront pas de chips avant leurs 5 ans ! Huuuummmm ! #badmum), les horaires de travail, notre budget, nos vacances, nos habitudes… Et pour ma part, cette révolution qui s’est déroulée à ma propre échelle a été difficile à appréhender. Bien sûr je gère chaque moment avec le plus de sérénité possible (parfois de manière un peu chaotique, comme toute bonne maman), mais à ce moment-là précis de ma vie, la confrontation des deux facettes de ma personnalité a été apocalyptique ! La femme responsable donnait des leçons à la petite fille, et vice-versa. Une cacophonie d’émotions, d’opinions, de volontés de bien faire…

J’ai mis plus de 4 ans à réconcilier mon côté enfant avec celui de la jeune femme que je suis devenue. J’ai fait le deuil de certains desiderata de la petite fille, et j’ai laissé parler les souhaits de la jeune femme responsable. Désormais, elles dialoguent entre elles, plus sereinement. A 34 ans.

Et vous savez ce qui est le plus important dans cette étape énorme ? Se détacher du regard des autres, ne plus porter attention aux jugements… A commencer par le sien ! Ne plus être toujours trop sévère avec soi-même. S’accorder le droit à l’erreur pour progresser ensuite. 

Alors 2016 m’aura apporté beaucoup. Mais j’espère surtout qu’elle m’aura permis d’acquérir cette sagesse, ce recul que je convoite depuis tant d’années. Prendre les choses à coeur oui, mais de manière plus posée, plus adulte… Et rien que pour ça, j’ai hâte de voir ce que 2017 va nous réserver… Je m’accorde encore une nuit de réflexion avant de vous poster mes résolutions pour une année ultra productive et créative !

Et vous, quel est le bilan,
la fierté pour cette année 2016 enfin achevée ?

 

Répondez-moi en commentaire : )

bilan 2016 Happy new year

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Commentaires

  1. Ne te mets pas trop la pression quand même 🙂
    Ces remises en question sont régulières (constantes ?), et rien que le fait d’y penser nous fait grandir.

    Belle année 2017 à toi !

    Julia // http://www.idontthink.fr

    1. C’est complètement ça, on a tendance à se mettre un peu trop la pression nous les freelances 🙂 Je crois que tu sais de quoi je parle. Mais en même temps, cela permet de toujours avancer. Ne pas se reposer sur ses lauriers, c’est ce qui permet de progresser…
      Je te souhaite une très belle année à toi aussi ! Plein de jolis projets et tout ça 😉

Un petit mot ? C'est par ici !