Aller le contenu

Comment j’ai changé ma vie

Comment changer de vie, construire la vie que l’on souhaite pour être en accord avec soi-même C’est le thème que j’ai choisi pour revenir écrire par ici, sur ce blog que j’ai redéfini, repatiné légèrement pour qu’il prenne les contours de ce que je suis véritablement aujourd’hui.

Pour s’inspirer, pour positiver et pour s’épanouir par l’écriture. 

Et pour ce premier article posté depuis presque deux ans sur ce blog, je viens vous raconter comment j’ai réussi à changer ma vie. Comment j’ai évolué pour reprendre en main ce que je voulais être. Mais comme toute chose, cela se réfléchit, se construit, consciemment ou inconsciemment. S’il n’existe pas une méthodologie infaillible, je partage les étapes qui m’ont permis de sauter le pas et de transformer mon quotidien. Ou comment je suis passée du statut de mère au chômage avec 20 kg de trop à celui de maman freelance heureuse et bien dans son corps et son esprit.

1 – Faire le bilan

Nous sommes en 2013, je suis au chômage, je n’ai plus de CDI, j’ai pris 21 kg avec ma grossesse et je ressemble à un cachalot, mes nuits se résument à des siestes, je me drogue au café et au chocolat. J’avais vraiment l’impression d’être déshumanisée. Déconnectée de la réalité. De ne plus DU TOUT être à ma place. Le gros passage à vide.

Dans un premier temps, je n’ai pas vraiment pris conscience de tout ça, un peu dans l’euphorie de la maternité et des premiers mois magiques, j’ai mis des oeillères pour ne pas voir que je m’étais perdue au passage. Et à ce moment-là, j’ai même caressé l’espoir de devenir autre chose. Je me suis imaginée pâtissière, wedding-planneuse… J’étais totalement perdue, et puis j’ai fait le bilan.

via GIPHY

Qu’est ce que j’aime ? Ecrire. Qu’est ce qui te fais kiffer en ce moment ? La cuisine. OK.

Pose toi la question… Qu’est-ce que tu aimes faire ? Et qu’est ce qui t’importe aujourd’hui, qu’est-ce qui te motive, te donne du plaisir, t’inspire ? 

2 – Définir qui tu veux être

Ma première transformation a été de définir clairement qui je voulais être : une journaliste spécialisée dans la gastronomie et l’hôtellerie. Parce que j’aime ça, que j’admire le travail des chefs et que je me sens bien, assise à une table de restaurant ou dans un hôtel. C’est un de mes plaisirs. C’était ma première étincelle pour devenir celle que je veux être. 

J’ai rappelé un magazine pour lequel j’avais déjà pigé dans le passé, qui m’a proposé illico la rédaction de plusieurs articles, la moitié d’un magazine en réalité, sur un thème rêvé : les hôtels et les maisons d’hôtes en Auvergne. Expérience qui a été une vraie réussite pour moi. J’avais fait le premier pas vers ma nouvelle vie. 

Ecris qui tu veux être. Mets le noir sur blanc.

3 – Agir, être dans l’action

Ce premier pas, ces premiers articles m’ont permis de décrocher ma deuxième collaboration pour un magazine spécialisé dans la gastronomie à Lyon. La qualité de mon travail a été appréciée et j’ai lancé ma carrière de journaliste freelance comme cela.  

Et comme il n’y a pas vraiment de hasard dans la vie, pour ce magazine, j’ai participé à un voyage de presse durant lequel j’ai rencontré le rédacteur en chef de L’Auvergnat de Paris qui m’a proposé de travailler pour lui. Je travaille toujours pour lui aujourd’hui.

Ensuite, les propositions de piges se sont enchaînées, grâce à cette spécialisation dans la gastronomie et l’hôtellerie. Depuis 2013, toutes les piges et toutes les collaborations que j’ai pu faire sont venues à moi. Je n’ai démarché aucun magazine, ce qui me conforte dans l’idée que j’ai vraiment fait le bon choix. Car j’ai eu le courage d’être celle que je voulais vraiment être. 

“Incarne ce que tu veux être”, c’est la principale leçon que je retiens de mon parcours pro. Mets en place les actions en accord avec la personne que tu veux être, du matin ou soir.

J’aurais pu me décourager, ne pas oser. Mais je l’ai fait.

via GIPHY

Voilà pour la partie pro, mais le mal était plus profond… Je suis partie en exploration. Je ne voulais plus être celle que j’étais. Je ne me reconnaissais pas dans mon quotidien. C’est un peu comme si j’avais dormi pendant des années, et que je me réveillais avec l’envie furieuse de devenir enfin celle que je suis vraiment.

4 – Se reconnecter à soi-même

J’avais fait exactement ce que la société paternaliste dans laquelle on vit souhaitait : avoir un CDI, me marier, faire un enfant, et tout ça avant 30 ans. J’ai foncé tête baissée pour obtenir tout ça. Jusqu’à me cogner fort. Très fort.

Le fait de sortir du système CDI = Graal était une vrai prise de risque. Il y a six ans, ce n’était pas vraiment à la mode d’être freelance comme aujourd’hui. Ma petite entreprise est née avec cette génération freelance qui émergeait tout juste. Et les incompréhensions de mon entourage étaient nombreuses, lourdes et décourageantes. “Tu travailles cette semaine ?” me faisait l’effet d’un coup de marteau dans la tête et me donnait envie de mordre. J’avais une rage énorme qu’on ne comprenne pas mon boulot. Que oui, en tant que femme, on pouvait travailler chez soi sans faire seulement des lessives, du repassage et préparer la bouffe (ce que je respecte évidemment). Je t’invite à lire mon billet d’humeur déjà publié sur mon blog à ce sujet.

J’étais devenue indépendante dans mon boulot. Et je me suis reprise en main pour non seulement faire le boulot que j’aime, mais aussi pour être la meilleure version de moi-même.

Je reprends le contrôle de mon corps

Mes 21 kg pris pendant la grossesse ont volé en éclat en un an, grâce à une discipline que je m’étais fixée chaque jour. Avec sport, yoga, renforcement musculaire, cardio, séances LPG…

J’ai aussi changé ma manière de m’alimenter. J’ai découvert qu’on pouvait se nourrir de manière saine sans pour autant perdre en plaisir. Le sport et la nourriture saine m’ont mené sur un terrain alors inexploré : prendre réellement soin de moi.

  • J’ai équilibré mes petits déjeuners, j’ai listé des idées de recettes, de menus, de produits alimentaires à glisser dans mon panier et ma cuisine.
  • J’ai veillé à cuisiner quasi exclusivement du frais.
  • J’ai fait beaucoup de sport.

Je me suis documentée et j’ai lu des tonnes de livres sur le style de vie healthy, en visitant aussi des blogs ou des sites comme ceux de Lorna Jane, qui a été pour moi un vrai déclic. Son mantra ? Move Nourish Believe. Exactement ce que je cultive encore aujourd’hui.

Jai découvert la psychologie positive et le développement personnel. Jai écrit mes objectifs noir sur blanc. Mes résolutions de 1erjanvier sont devenus de véritables buts que jatteignais.

RESULTAT : En l’espace de 2 ans, j’avais complètement redessiner mon corps, ma vie pro et ma vie perso a forcément été complètement bouleversée. Je n’étais plus la même.

5 – Prendre des décisions

Je vous ai parlé de mon parcours pro que j’ai réussi à construire avec succès, mais dans ma tête, et dans ma vie, ça a été la guerre de tranchées, un bordel monstre. J’ai sombré dans une dépression immense où je me sentais seule. Je m’étais abandonnée moi-même en réalité…

=> J’ai douté de tout.

=> J’ai tout, absolument tout remis en question.

=> J’ai lu, j’ai pensé, j’ai découvert la méditation.

=> J’ai adopté le yoga dans ma vie de tous les jours, un élément essentiel de mon quotidien et de mon équilibre.

=> J’ai osé regarder en face mes problèmes et je les ai surmontés.

via GIPHY

Et j’ai pris la décision de refaire ma vie, comme un départ à zéro, pour m’assumer complètement. Pour me retrouver. Me retrouver avec mon fils, en maman solo et freelance. Sans aucun soutien financier de ma famille ou de je ne sais quoi. La prise de risque était IMMENSE.

Avoir le courage de reprendre le contrôle de ma vie, de dessiner ta vie comme tu le souhaites. 

6 – Avoir le courage de fermer une porte pour en ouvrir une autre

Et deviner quoi ? Une nouvelle vie m’attendait de l’autre côté de la porte ! Avec de nouvelles opportunités et de nouvelles personnes qui ont intégré ma vie, de belles personnes qui participent à mon équilibre.  Aujourd’hui, j’ai le bonheur de vivre une vie pleine d’amour et d’ondes positives, d’être toujours totalement indépendante et de travailler sur des thèmes que j’adore comme la gastronomie ou le bien-être. Tu peux en savoir un peu plus en allant consulter ma page A propos.

Mais ce qu’il faut retenir, c’est que fermer une porte doit impliquer aussi de savoir en ouvrir une autre. En gros, ne pas regarder en arrière, avancer, et ne pas vivre dans le passé mais plutôt dans le moment présent. C’est en tout cas la formule qui a vraiment, VRAIMENT marché pour moi.

Quand on croit suffisamment fort à ce que l’on veut, les portes s’ouvrent toujours, même celles qu’on pensait fermées à double tour.

Voilà mon histoire de maman, épanouie, qui a su rebondir et changer de vie. L’histoire d’une femme qui a osé prendre le risque d’être elle.

Comment changer de vie


Si toi aussi tu as vécu, es en train de vivre cette expérience de remise en question, de doutes, d’espoirs et de transformations, alors viens discuter avec moi juste en-dessous…


Rendez-vous sur Hellocoton !

6 commentaires

  1. Merci pour ce bel article, c’est vraiment très inspirant de voir comment tu t’en es sortie.
    Je traverse moi-même une période pas super sympa. Je me sens complètement bloquée au niveau pro et pour le moment, j’ai beau retourner le problème dans tous les sens, je ne trouve pas de solution à mes problèmes. Je vais essayer de me poser de nouveau pour faire le point sur mes envies/besoins/inspirations, comme tu l’as fait.
    Et puis, côté perso c’est pas toujours la joie non plus, mais à cause de trucs incontrôlables… Pour la control-freak que je suis, ça me donne de sacré rudes moments à passer aussi ! J’espère que 2020 sera l’année du changement !

    En tous cas bravo pour ton courage, et merci pour l’inspiration <3

    • Oui, je pense qu’il faut prendre le temps de bien inspecter nos profondes envies. Il ne faut pas hésiter à regarder dans nos rêves d’enfants, parfois se trouve la solution à nos problèmes 😉 Moi ce qui m’a aidé à lâcher-prise, c’est clairement le yoga, la méditation et accepter que la seule chose que je peux vraiment contrôler, c’est moi-même. Il faut apprendre à laisser couler ce que l’on ne peut pas contrôler. Accepter. C’est tout bête, mais c’est vraiment la clé. 2020 sera une année sublime, tu verras !

    • Merci Stéphanie pour ton message ! Oui, on devient vraiment ce que l’on veut véritablement ETRE. 😉

  2. […] en question et de reconstruction, c’est qu’on ne peut pas s’épanouir sur un terrain miné. Pour grandir, il faut des bases saines, des racines solides. Parfois, il faut savoir laisser partir quelques croyances enracinées à tort au plus profond de […]

Un petit mot ? C'est par ici !