Aller le contenu

9 choses à savoir avant de partir au Japon

Voyager au Japon. Ces mots me hantaient depuis mes 12 ans. Un rêve d’ado. Un songe d’adulte. Et une réalité de cette femme que je suis devenue. Cette femme qui s’est jurée de mettre tout en oeuvre pour réaliser ses rêves. Et le Japon incarnait cette envie de voyage qui ne me quitte plus depuis des années. Désormais, je peux enfin partager mon expérience nippone et notamment donner quelques conseils avec ces 9 choses à savoir avant de partir au Japon.

A 12 ans, je me suis prise d’amour pour cette culture si différente. Ce qui me plaisait ? La délicatesse, le minimalisme, et la gastronomie, déjà, avec ces grosses soupes de nouilles et les sushi que je ne connaissais pas. A 14 ans, je voulais être dessinatrice de manga, mais l’école d’arts appliqués  à Angoulême et donc loin de ma famille m’en a dissuadée. A 18 ans, je rêvais d’aller me confronter à cette culture, à cette ville de Tokyo si puissante, à ces campagnes vertes et sereines, et je suppliais mon père de m’emmener manger dans un restaurant japonais dès que nous étions de passage à Paris. A 25 ans, diplômée et sachant que j’allais être sans emploi durant tout un mois, j’hésitais à me payer un billet pour aller explorer mon rêve. Je me suis ravisée. Je n’ai pas osé partir seule. La vie s’est écoulée, et je n’ai plus pensé à réaliser ce rêve, déclassé au rang de songe, et parfois remisé aux oubliettes dans le carton sur lequel on voit les mots gribouillés “ce qui n’arrivera jamais”…

J’ai rouvert mes cartons de rêves

Et puis la vie a fait son oeuvre. J’ai vécu un changement de vie. Et là, j’ai rouvert mes cartons de rêves. A l’intérieur, un peu poussiéreux, se trouvait mon voyage au Japon. Alors que nous cherchions une destination pour nos vacances, mon amoureux a tout de suite identifié mon profond désir d’explorer cette terre lointaine. “Allez, on va au Japon”, m’a-t-il dit. Le soir-même, nous trouvions des billets au départ de Bordeaux avec escale à Istanbul. Je n’en revenais pas. C’était donc aussi simple que cela s’offrir un rêve ? Il suffisait juste de vouloir, de décider et de passer à l’action ? J’ai mis des mois à vraiment réaliser que j’allais enfin pouvoir toucher du doigt ce rêve d’ado.

Et le 5 août, nous avons décollé, direction mon rêve d’ado.

Ca ne vous aura pas échapper, le Japon se situe de l’autre côté du globe, sur un autre continent. Alors autant bien s’organiser, et bien avoir à l’esprit que la culture, l’art de vivre et les habitudes sont différents. Voilà pour moi les 9 choses à ne surtout pas oublier avant de partir.

1 – Prévoir du liquide avant de partir au Japon

Pour éviter de vous retrouver avec des frais bancaires à rallonge, un conseil : partez avec du liquide. Car même pour payer votre hôtel, il vous en faudra : les cartes bancaires ne sont parfois pas compatibles là-bas. Personnellement, je pense qu’il vaut mieux changer son argent avant de partir plutôt que de le faire là-bas, le taux de change risquant d’être moins intéressant.

via GIPHY

2 – Réserver son JR Pass

Sauf si vous voulez rester à Tokyo durant tout votre séjour, ou que vous voulez vous aventurer dans la location d’une voiture (ils conduisent à gauche, et rappelons-le, les panneaux sont majoritairement écrits en alphabet japonais), je conseille vivement de prendre un JR pass.

C’est quoi ? Le Graal, tout simplement. Grâce à lui, vous pouvez vous déplacer sur tout le réseau JR (train) du Japon, en illimité sur une période donnée. Un réseau qui permet de se déplacer de Tokyo à Kyoto par exemple, jusqu’à Osaka ou Nara, et même dans les villes de Kyoto ou Tokyo et ainsi éviter le métro (très pratique aussi, mais qui est un vrai budget à la fin). Vous vous évitez même les queues parfois. Et quand on sait qu’au Japon, faire la queue fait partie de l’expérience, je vous assure que vous serez content d’en éviter quelques unes.

Le seul hic est qu’il faut faire la demande par internet avant son départ car vous devez le recevoir par courrier. Oui, le JR Pass est un simple morceau de papier que vous pourrez montrer aux contrôleurs à chaque passage.

Pour ce faire, il suffit de le commander sur ce site par exemple. 

Il est très très simple de se déplacer au Japon. Le réseau ferroviaire est très performant. Et je ne sais pas toi, mais pour moi, voyager dans le shinkansen était un vrai rêve.

3 – L’été est très, très chaud et très, très humide

C’est ce qui m’a le plus frappé avec la discipline des Japonais. Cela m’a à la fois happée et séduite cette chaleur humide que l’on associe très souvent à l’Asie, mais pas au Japon ! A tort !

Quand j’ai foulé pour la première fois le sol de Tokyo en sortant du train, en pleine nuit, j’ai vraiment été surprise. Une chaleur à la fois douce et moite. Ces odeurs inconnues qui me chatouillaient le nez. Alors que nous trainions nos valises pour rejoindre l’hôtel après près de 24 heures de voyage, je n’arrêtais pas de me répéter que j’adorais cette atmosphère, ce souffle chaud, ces néons qui brillaient partout autour de moi, ces petits restaurants en bas des immeubles ornés de rouges et de lanternes.

Je n’avais qu’une envie : larguer ma valise et aller me poser dans un de ces restaurants pour engloutir un bol de soupe avec des nouilles fumantes même s’il faisait 35 degrés encore à 23 heures.

Cet enthousiasme pour cette chaleur humide m’a progressivement quitté… La réalité : il faut s’arrêter toutes les heures acheter de l’eau dans des distributeurs (qu’il y a absolument partout) pour ne pas se déshydrater, et tu transpires beaucoup, beaucoup, beaucoup… Chaque soir, nos vêtements étaient presque bons à brûler…

38 degrés et 92% d’humidité, c’est ce que nous avons eu tout au long de notre voyage au Japon.

En marchant 20 km par jour, je peux vous assurer que je n’ai pas pris un gramme au passage, même en mangeant au Starbucks tous les matins et en dînant au restaurant tous les soirs !

Pas étonnant qu’au Japon, beaucoup de Japonais (surtout les Japonaises) portent toujours un petit ventilateur portable (Pikachu, Hello Kitty…). Je ne sais pas si c’est très efficace, mais j’avoue avoir envier certaines propriétaires de ce drôle de truc.

Sinon, vous pouvez aussi vous procurez leur éventail que l’on appelle paï-paï. Pour ma part, j’ai misé sur mon abanico espagnol que j’ai emporté partout.

via GIPHY

4 – Les restaurants sont encore fumeurs

Et oui… Ca peut choquer ! Mais j’ai été surprise de constater qu’au Japon pays que l’on assimile souvent au progrès, et bien, la santé publique n’a pas encore jugé opportun d’interdire la cigarette dans les restaurants (alors que je crois que c’est interdit dans la rue !) Et les cigarettes ne sont clairement pas chères : 3 à 4 euros max le paquet…

Le souvenir le plus marquant, outre les Japonais qui fumaient leurs cigarettes à l’intérieur en buvant leur bière et en mangeant, c’est la vision de cette salle de jeux enfumées aux cendriers qui débordent.

Les Japonais adooooooorent les jeux vidéos, et il existe tout un tas de salles de jeux d’arcades par exemple (avec les dernières créations, mais aussi de plus vieux classiques comme Street Fighter 2 ou Dragon Ball Z). Dans ces salles, j’ai été surprise de voir que les joueurs pouvaient librement fumer en jouant. Une vraie surprise pour moi de voir ça dans un pays si élégant et raffiné !

via GIPHY

5 – Pas de tatouage si on veut se baigner au Japon

S’il y a UNE expérience à ne pas louper au Japon, c’est bien le Onsen. Ces bains en général public permettent de se baigner dans des eaux chaudes et se prélasser. Mais attention, en général, les garçons et les filles n’ont pas le droit d’être mêlés (à moins que vous n’ayez le privilège de vous offrir un onsen privé).

On s’y baigne nu, et il est formellement interdit, la majorité du temps, de se baigner si on a des tatouages. Les tatouages étant associés aux yakusas, à la mafia japonaise. Vous verrez d’ailleurs très peu de gens tatoués au Japon… Même si la nouvelle génération se révèle plus ouverte à ça.

6 – Non, ils ne parlent pas bien anglais

Je me suis toujours dit qu’en allant au Japon, ce serait facile de communiquer car dans ma tête, l’éducation étant très performante là-bas, je pensais que tous parleraient anglais. C’est faux. Pour ceux qui travaillent en contact avec les touristes, oui, ils peuvent en effet échanger quelques mots avec vous. Mais seulement quelques uns. De plus, avec mon accent français et l’accent espagnol de mon amoureux, on a eu quelques difficultés parfois à se faire comprendre. Evidemment, vous pourrez toujours tomber sur des gens qui ont étudié l’anglais et le parlent parfaitement, mais 90% des personnes sur lesquelles nous sommes tombés parlaient mal ou pas du tout l’anglais. 

Donc, pour être très honnête, il est assez judicieux de prendre un petit dictionnaire ou de travailler un peu son japonais avant de partir : )

via GIPHY

7 – La discipline, valeur reine à respecter au Japon

C’est le truc à savoir et à respecter : la discipline.

On monte et on descend les escaliers à gauche, on fait la queue correctement (et sans râler), on ne traverse pas au piéton rouge et en dehors des passages cloutés, on salue son interlocuteur d’un petit geste de la tête, on ne plante pas ses baguettes dans son bol de riz, et on fait l’appoint pour payer le chauffeur de bus par exemple (et lui donner la somme exacte au risque de l’énerver… True story du fin fond des montagnes autour de Hakone)

8 – Toutes les geïshas ne sont pas toutes des geïshas

Oui, l’habit ne fait pas le moine, et ça on le savait déjà. Au Japon, les geïshas font partie de la tradition, de la culture, et à Kyoto, le quartier des geïshas est incontournable. Mais… Avec le développement du tourisme, ne vous fiez pas aux apparences. De nombreux touristes asiatiques, chinois et coréens en majorité, optent pour vivre une expérience locale en se déguisant en geïshas durant quelques heures. Ils défilent ainsi dans les rues de Kyoto, de Tokyo, et nous en avons vu quelques uns à Nara. Ils visitent la ville habillés en costume traditionnel, tongs en bois au pied et ombrelles à la main. Donc, ne vous fiez pas aux apparences, tendez l’oreille et tentez de vérifier si elles parlent bien japonais pour être sûr qu’il s’agisse bien d’une vraie geïsha et non d’un copycat touristique.

geisha fake  japon

9 – La nature japonaise est vraiment étonnante !

C’est l’une des choses qui nous a le plus épaté sur place : la générosité de la nature. On trouve des arbres et de la végétation un peu partout, et elle a la particularité d’être bien plus tropicale que ce que l’on pense.

Nous avons eu aussi la grosse surprise d’observer les cigales japonaises qui sont ENORMES ! Jamais tu n’as vu de cigales aussi grosses ! Et elles font un bruit d’enfer. A 6 heures du matin, elles nous réveillaient vitres fermées ! Et lorsque nous étions à Disneyland Tokyo, leur concert laissait nos oreilles anesthésiées. Leur son peut atteindre jusqu’à 120 décibels !

Sans compter sur les papillons qui peuvent aussi être énormes. Nous garderons un souvenir gravé à vie de ce papillon noir gros comme un oiseau posé devant nous dans un parc, si bien qu’on se demandait si c’était une chauve-souris ou un autre truc vivant, sans penser tout de suite à un papillon !

Vraiment, le Japon a le pouvoir de surprendre

Voilà quelques détails à connaître avant de partir, pour éviter les mésaventures et risquer de choquer les Japonais qui sont très à cheval sur les traditions. Pour eux, la loi est la loi, les règles sont les règles. Et ils sont heureux comme ça 🙂

Ce voyage aura été le plus beau voyage de ma vie. Par ses couleurs, son ambiance, son dépaysement total, ses surprises, sa différence avec tous les autres, et sa symbolique.

Désormais, une partie de moi vit avec ce voyage en résonance. Quand je regarde des images du Japon, ce n’est plus le rêve qui m’appelle mais bien mon être qui vibre. Je sais désormais ce qu’est la saveur du Japon.

Maintenant, je nourris d’autres rêves. Comme ceux de voyager au Canada, à Bali, au Vietnam, au Cambodge, aux Caraïbes, ou retourner à New York… 

Et toi, c’est quoi ton rêve de voyage ? 

9 choses à savoir avant de partir au Japon Pinterest

Rendez-vous sur Hellocoton !

Soyez le premier à commenter

Un petit mot ? C'est par ici !