Aller le contenu

Comment booster sa confiance grâce à l’écriture ?

Peut-on booster sa confiance grâce à l’écriture ? La réponse est oui.

Mais comme pour tout, cela réclame du temps et de l’implication. On doit prendre le recul nécessaire et mettre les choses en perspectives. Pour se dire à la fin de ce moment d’écriture : “OUI, les choses avancent”. Pour moi, l’écriture participe permet de regagner confiance. L’écriture est un moyen pour repartir du bon pied dans nos projets. Chez moi, c’est ce que je m’amuse à faire quand je sens le doute et le manque de confiance pointer le bout de leur nez.

L’autre jour, alors que je déjeunais avec une copine, je me suis replongée dans de mauvais souvenirs en les évoquant avec elle. Le simple fait d’évoquer le passé et de le revisiter, de regarder mes souffrances en face, et même de les ressentir à nouveau m’a replongé dans le même schéma de pensées.

Angoissée, au souffle coupé.

Résultat, mon esprit était dupé, et je me suis repolongée la tête la première dans mes démons. Manque de confiance, doutes, énervement face à une situation difficile, et pour finir, découragement. Tu vois ce que je veux dire n’est-ce pas ?

Et j’ai un scoop…

Il faut dire STOP. Dans ces moments de doutes, on doit appuyer sur le bouton pause. Regarder l’image. Regarder son image. Bien en face. Et se poser les BONNES QUESTIONS.

Est-ce que c’est vraiment toi ? Est-ce que cela te rend heureux d’y repenser ? Est-ce c’est comme ça que tu veux vivre ? Est-ce que tu ne peux pas faire mieux ?

En regardant en face cette image, comme dans un miroir, l’important est de prendre du recul.

On doit se reconnecter à ce que l’on est vraiment, à cette personne que l’on veut devenir. Pas celle du passé qui n’existe plus en réalité. 

Pour réinitialiser ses pensées et positiver, l’écriture est pour moi un outil-clé.

Voici les étapes que je suis dans ces moments de doutes, de retours dans le passé. Quand j’oublie tout le chemin parcouru.

Une démarche à suivre pour réinitialiser son cerveau et repartir sur de bonnes bases. 

1 – Méditer

Et oui ! Il faut d’abord “poser le cerveau”.

C’est la première étape. Il s’agit là de prendre le temps de s’accorder 10 minutes pour tourner le regard vers l’intérieur, et de prendre du temps pour soi, se reconnecter au moment présent et prendre conscience que le passé… est passé !

Comment ?

En étant simplement assis sur une chaise, les pieds ancrés dans le sol, le dos droit, on ferme les yeux, et on part en exploration, en se concentrant uniquement sur son souffle et en laissant les bruits exister autour de soi, comme une cafetière qui coule, même une voiture qui klaxonne, le fond sonore du dessin animé de son enfant. On doit se plonger dans notre bulle. C’est en tout cas comme cela que j’ai commencé, et aujourd’hui, la méditation fait partie de mon quotidien. 

Ce que je fais pendant 10 minutes de méditation ?

J’utilise les premières minutes pour concentrer mon mental sur mon souffle. L’inspiration, puis l’expiration. Si mon mental part dans des pensées quelconques, je le ramène systématiquement sur ma respiration. Ensuite, je m’octroie des « vacances mentales ». Je m’imagine sur une place en Corse entourée de mon amoureux et de mon fils, qui sourient. Ou alors je visualise ce que je vais faire de positif cette journée, ou encore, je visualise la personne que je veux devenir.

Je réinitialise ma pensée en méditant.

via GIPHY

2 – Lister toutes les victoires

Après ces instants de calme et de méditation, l’écriture peut démarrer. Ce qui me paraît être le plus important au départ, c’est de partir sur ce qui est arrivé de positif dans notre vie. On liste toutes les victoires, les grandes comme les petites. J’avais déjà poster un article à ce sujet à lire ICI. Car, la vie de freelance, c’est parfois SAVOIR DANSER SOUS LA PLUIE.

C’est un exercice que j’aime beaucoup faire quand je doute de moi ou quand je sens que mon énergie baisse, ou que je me laisse influencer par un événement extérieur (un employeur qui ne paie pas notre facture de 1500 euros, une réflexion négative d’une personne, l’annulation d’un RDV important, ou tout simplement, ton enfant qui ne veut pas faire ses devoirs avec ton rôle de gendarme que tu détestes à jouer pendant une heure) Hors tous ces événements, les uns après les autres, ne sont pas toi.

Regarder dans le rétroviseur peut être salvateur, à condition d’y mettre un filtre positif.

L’exercice est donc le suivant :

Lister toutes les petites et grandes victoires de cette semaine, de ce dernier moi, de cette dernière année, de toute ta vie même s’il le faut. Tu verras, c’est valorisant et galvanisant.

Pour exemple, je vous liste juste en-dessous ces petites victoires qui me font toujours relativiser et qui me montre que parce que je le veux et que j’agis, j’arrive toujours à réaliser ce que je veux.

  • Obtenir tous mes examens du premier coup, y compris le permis
  • Signer un CDI
  • Réussir à devenir freelance et en vivre décemment tout en étant maman solo
  • Faire un enfant trop mignon, hyper intelligent, plein de vie et de créativité
  • Vivre avec mon amoureux
  • Voyager au Japon
  • Gagner deux fois le titre de championne d’Auvergne en une même journée en équitation
  • Ecrire et faire éditer un livre
  • Perdre mes 21 kg de grossesse et en perdre 5 de plus
  • Faire du yoga presque tous les jours
  • Signer dans L’Express et Madame Figaro
  • Etre prof d’écriture
  • Et tant d’autres

Petites et grandes victoires comptent et permettent d’envoyer à ton cerveau des messages positifs qu’il connaît déjà !

Tu les as juste oublié, et c’est bon de se remémorer les bons moments et ces instants de fierté.

via GIPHY

3 – Identifier les croyances limitantes qui te bloquent

C’est la partie la plus difficile car ces croyances limitantes ne sont pas forcément conscientes. Elles sont parfois si enracinées que l’on a du mal à les trouver même en creusant. Ces croyances limitantes sont ces fameuses paroles que notre petite voix nous glisse quand on doute.

Exemples :

Tu n’es pas assez bien
Tu n’es pas belle
Tout le monde se fout de toi
Tu n’es pas importante
Tu n’es pas assez bien
Tu n’y arriveras jamais
Tu es nulle

Voilà autant d’exemples à rayer définitivement. Et comme le suggère Marie Forleo, tu peux même les écrire noir sur blanc sur une feuille de papier ou dans l’un de tes carnets. Ensuite, tu prends une crayon bien épais et tu les rayes en écrivant juste à côté :

BULLSHIT. Ou DE LA MERDE si tu préfères en français

Car ces croyances ne sont pas VRAIES. En aucun cas elles ne sont toi. Tu n’as pas à t’identifier à elles. Ces croyances ne sont que la projection de ton mental, construite sur une mauvaise expérience (une rupture soudaine sans explication, un rejet par une personne que tu aimes) ou une mauvaise parole d’une personne extérieure (un parent, un collègue, un camarade de classe, une cousine, ou même un ami).

Cet exercice est libérateur et permet d’identifier ces petites phrases que l’on se chuchote dans les moments de doute. Des phrases qui n’ont pas lieu d’être car elles ne sont pas REELLES puisque construites sur une interprétation d’un événement EXTERIEUR !

NON, tout ça, c’est du pur bullshit.

via GIPHY

4 – Rebooster sa confiance en identifiant celle que tu veux être

Même si tu as déjà une petite idée de celle ou de celui que tu veux être, il est toujours bon de se rappeler ton objectif. Quelle est cette version de toi-même, la meilleure, que tu veux devenir ? Une maman indépendante et heureuse ? Une girlboss richissime ? Une voyageuse qui fait du yoga aux quatre coins de la Terre ?

Dessine ta meilleure version de toi-même avec des mots !

Et relis cette phrase comme une affirmation, comme une intention tous les jours.

via GIPHY

Voilà mes petites astuces pour booster sa confiance par l’écriture. Cela marche toujours sur moi, alors pourquoi pas sur vous ?

Viens me dire en commentaire ce que tu fais toi pour booster ta confiance en période de doutes ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Soyez le premier à commenter

Un petit mot ? C'est par ici !